L’innovation de rupture n’est pas une approche « Océan Bleu »

J’ai déjà montré les limites de la stratégie dite « Océan Bleu » dans un article précédent, mais je voudrais dans ce qui suit aborder le lien entre cette théorie et celle de la rupture proposée par Clayton Christensen. L’innovation de rupture est justement associée à création de nouvelles sources de croissance pour les entreprises, et notamment de nouveaux marchés. A ce titre, elle est souvent associée à l’approche « Océan bleu ». Regardons pourquoi ce n’est pas exact et en quoi cette association erronée est dangereuse.

Océan Bleu est une théorie proposée par W Chan Kim et Renée Mauborgne qui invite les entreprises à quitter l’océan rouge de leurs marchés actuels, marqués par une concurrence acharnée, pour aller créer de nouveaux océans bleu, c’est à dire des marchés entièrement nouveaux où la concurrence n’existe pas. On voit donc la similarité tenante avec la conception d’innovation de rupture. Mais celle-ci n’est qu’apparente.

La théorie de la rupture énonce qu’il y a deux façons d’innover sur un marché: par une rupture de nouveau marché (une nouvelle offre) et par une rupture par le bas.

La rupture par le bas, qui consiste à créer une offre simplifiée, plus focalisée sur quelques critères de performance et moins chère, a le potentiel de rupture le plus important. Or elle n’est pas du tout abordée par Océan Bleu qui ne raisonne qu’en termes de nouveaux produits ou services. Ensuite, Océan Bleu est essentiellement une méthode pour aborder la création de ces nouveaux produits et services, ce que n’est pas du tout la théorie de Christensen. Enfin, Océan Bleu ne pose pas du tout la question du lien entre le produit ou service créé et l’identité organisationnelle de l’entreprise qui le crée. Or ce que montre la théorie de Christensen, c’est que ce lien est fondamental dans la réussite de ce dernier: indépendamment des qualités propres du produit ou service, une entreprise réussira à lancer un produit si celui-ci est en continuité avec son modèle d’affaire, lui-même reflet de son identité.

Poser l’innovation de rupture seulement en termes de produit et services, en ignorant l’organisation qui les promeut, c’est se condamner à échouer. Là est le vrai apport de la théorie de la rupture de Christensen. En outre, Océan Bleu est souvent utilisé comme un impératif de viser des gros marchés, nécessitant des « big bets » (des paris) alors que la plupart des marchés de ruptures comment très petits et restent parfois longtemps petits. Une rupture, en effet, est un processus, pas un événement, et ses conséquences mettent parfois des années avant de se faire sentir, ce qui peut décourager les acteurs en place.

Pour en savoir plus sur la stratégie Océan Bleu, voir ma critique ici. Le livre « Stratégie Océan Bleu » (Pearson) est accessible chez Amazon ici.

Publicités

5 réponses à “L’innovation de rupture n’est pas une approche « Océan Bleu »

  1. Pingback: L'innovation de rupture n'est pas une approche ...

  2. C’est hillarant de voir nos chers politiques pleurer de l’émergence du Low Cost… commes ils ont pleurés sur la téléphonie internet, l’agence de votage Internet, Amazon, AirBnB ou les VTC…

    J’en viendrais à penser qu’ils détestent l’innovation et le progrès…

    Vous allez rire j’ai un ami de ma douce qui fait de l’ecoconception, et sa technologie permettrais de fabriquer des maisons moins chères et performantes (matériaux de récup, recyclage)…
    Bonne nouvelle c’est interdit par l’urbanisme.
    L’écoconstruction ca doit couter plus cher, sinon c’est pas du progrès.

    Il va prêcher en Afrique.

    • Cholet Philippe, ex. Créateur et Responsable d'Entreprises à l'étranger

      Oui Alain, vous avez raison. C’est tout comme EDF qui a longtemps oeuvré contre le photovoltaïque et les Eoliennes, avant de…s’en emparer, comprenant que ces énergies renouvelables allaient de toute façon s’imposer dans le temps. Cela explique aussi pourquoi la France a accumulé plus de 20 ans de retard sur l’Allemagne dans l’utilisation de ces nouvelles formes d’énergie. En France, les Politiques, les Lobbys oeuvrent contre l’Innovation, « surtout ne changeons rien car tout va bien, n’est-ce pas ? »
      Amicalement,
      Philippe C.

  3. Pingback: Management : l’innovation de rupture n’est pas une approche « Océan Bleu » | Contrepoints

  4. Bonjour Philippe,
    Tout d’abord, merci pour ces analyses qui prennent toujours à contre-pied les croyances populaires, c’est très intéressant. Et bravo pour le rythme de publication, pas sûr que j’arrive à faire de même sur mon blog !

    Par contre, je ne suis pas tout fait d’accord sur ce point « Or elle n’est pas du tout abordée par Océan Bleu qui ne raisonne qu’en termes de nouveaux produits ou services ».
    La théorie Océan Bleu parle justement de tenter 4 questions majeures : Que puis je Renforcer ? Exclure ? Atténuer ? Créer ?
    Les points Exclure et Atténuer sont en total accord avec la théorie de la rupture par le bas selon moi.

    Bien à vous.
    Samir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s