La vision comme modèle mental, ce n’est pas la marche au hasard

L’article que j’ai écrit récemment sur la vision organisationnelle a généré beaucoup de questions et de commentaires. Ce qui me frappe surtout c’est la grande difficulté pour beaucoup d’entre nous à nous défaire de l’idée qu’il faut absolument définir un objectif clair dans le futur pour guider l’organisation et l’action de ses collaborateurs. C’est une des grandes faiblesses de la pensée stratégique contemporaine et de nombreux entrepreneurs montrent la fausseté de cette croyance chaque jour. Est-ce à dire qu’ils avancent au hasard comme beaucoup de tenants de la vision comme but semblent le penser? Loin s’en faut.

Lire la suite

Quel leadership dans un monde incertain?

Quelles que soient leurs préférences philosophiques, la plupart des spécialistes du leadership partagent une conception remarquablement similaire: le leader, expliquent-ils, doit combiner deux compétences: il ou elle doit d’abord être capable de définir et d’articuler une vision cohérente; il ou elle doit ensuite être capable de mobiliser des gens qui vont suivre et s’approprier cette vision et idéalement s’identifier avec celle-ci. La première compétence se rapporte à la conception et à la communication, tandis que la seconde est de l’ordre des relations interpersonnelles. Si elle est prévalente aussi bien dans l’enseignement que dans le monde du conseil et bien-sûr dans celui des organisations, cette conception devient pourtant obsolète dans un monde incertain.

Lire la suite

Redéfinir le concept de vision dans un monde incertain: la vision comme modèle mental

L’une des choses les plus difficiles à faire admettre lorsque je présente l’effectuation (la logique d’action des entrepreneurs) est qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une vision pour piloter son organisation. On m’oppose souvent l’argument qu’il faut bien avoir une « Étoile polaire » pour guider l’action des collaborateurs et qu’une telle direction est particulièrement nécessaire dans un monde incertain. Je pense que c’est précisément le contraire. Mais surtout, dans un tel monde, c’est la notion même de vision qu’il faut redéfinir tant la façon dont elle est définie traduit une conception du monde qui n’existe plus.

Lire la suite

We don’t need another method: l’effectuation ou l’approche additive

L’une des choses sur lesquelles j’insiste lorsque je présente l’effectuation, la logique des entrepreneurs, est qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle méthode au sens où on l’entend d’habitude, c’est dire d’une démarche systématique permettant au moyen d’étapes clairement définie d’arriver à un but donné. Plus important, les principes mêmes de l’effectuation font qu’elle se glisse aisément dans l’existant et ne vous demandent pas de renoncer aux méthodes que vous utilisez. Elle peut donc être adoptée sans risque.

Lire la suite

Faut-il un but dans la vie? Episode 2: mais qu’est-ce qu’un but?

L’article que j’ai écrit récemment, intitulé « Faut-il un but dans la vie?« , a reçu un écho important. Nombreux ont été ceux qui m’ont dit leur soulagement de lire que l’on pouvait réussir sa vie sans jamais avoir eu de but précis. Néanmoins, dire « il n’est pas nécessaire d’avoir un but dans la vie » peut faire penser que l’on peut avancer au hasard des choses. On peut, mais ce n’est pas nécessaire. Entre le but rigide et la marche au hasard, il y a quantité de nuances. Pour comprendre pourquoi, il faut revenir sur la façon dont nous définissons ce qu’est un but. Comme souvent, si nous changeons de définition, plein de possibles s’ouvrent.

Lire la suite

Votre moment « Altamont »: n’attendez pas une catastrophe pour ajuster vos modèles mentaux

Individus comme organisations attendent souvent longtemps pour prendre conscience que la réalité a évolué sans eux et ajuster leurs modèles mentaux. Parfois, il faut une catastrophe pour que cet ajustement se fasse. C’est ce qui est arrivé aux Rolling Stones en 1969, lors du tragique concert à Altamont, en Californie du Nord.

Lire la suite

Journées francophones de l’effectuation: et si vous veniez changer le monde?

Il n’est jamais trop tard pour bien faire, et les premières journées francophones de l’effectuation se tiendront à Paris les 31 janvier et 1er février. Jamais trop tard car ça fait un moment que l’effectuation trace son chemin dans le PEF – le paysage entrepreneurial français. Il était temps que tous les acteurs se réunissent! L’effectuation c’est la logique d’action des entrepreneurs mais c’est bien plus que ça…

Lire la suite