Un monde de ruptures: Le grand soir des modèles mentaux

En principe, avec l’âge vient la sagesse et chacun développe, au gré de ses expériences et de ses lectures, certaines convictions qui s’affirment et se renforcent et au travers desquelles on comprend mieux le monde qui nous entoure. C’est ainsi que de nombreuses cultures moquent l’innocence des jeunes et célèbrent la sagesse des anciens. Mais une telle croyance, un tel modèle mental, ne fonctionne que si les conditions fondamentales de l’environnement ne changent pas. Autrement dit, cela n’est vrai que dans les périodes de continuité. En période de ruptures, cela n’est plus vrai. Or nous sommes précisément dans une telle période où tous nos modèles sont impitoyablement remis en cause. Sale temps pour les sages, ou ceux qui se croient tels.

Lire la suite

Quand le digital retrouve le médiéval

On pense souvent que l’innovation technique ne nous projette que vers la nouveauté, vers quelque chose de jamais vu. On peut parfois penser que l’époque elle-même ne progresse pas, mais il est difficile d’admettre que l’innovation technique nous ramène dans le passé, ou plutôt dans des pratiques et modes de pensée du passé. C’est pourtant souvent le cas, et en particulier avec le digital qui, sous une apparence d’hyper-modernité, fait parfois renaître des pratiques très anciennes. Le digital retrouverait-il les modèles mentaux du Moyen-Âge?

Lire la suite

Pour en finir avec le « servant leader »: vive l’ego!

Faut-il en finir avec l’ego surdimensionné des managers? La question peut se poser lorsqu’on voit les effets dévastateurs que l’egotisme, défini comme une opinion exagérée de sa propre importance, continue d’avoir sur les organisations qui y laissent libre cours. En réaction à ces excès, certains experts ont développé la notion de servant leader, suivant laquelle le leader doit nier son ego et se mettre au service des autres. A l’heure où les individus deviennent plus autonomes et mieux éduqués, une telle notion paraît logique. Et pourtant, la seule solution aux ravages de l’égotisme serait-elle la censure de son ego et le sacrifice à la cause commune? Loin s’en faut car le servant leadership pose autant de problèmes qu’il en résout.

Lire la suite

La vision comme modèle mental, ce n’est pas la marche au hasard

L’article que j’ai écrit récemment sur la vision organisationnelle a généré beaucoup de questions et de commentaires. Ce qui me frappe surtout c’est la grande difficulté pour beaucoup d’entre nous à nous défaire de l’idée qu’il faut absolument définir un objectif clair dans le futur pour guider l’organisation et l’action de ses collaborateurs. C’est une des grandes faiblesses de la pensée stratégique contemporaine et de nombreux entrepreneurs montrent la fausseté de cette croyance chaque jour. Est-ce à dire qu’ils avancent au hasard comme beaucoup de tenants de la vision comme but semblent le penser? Loin s’en faut.

Lire la suite

Quel leadership dans un monde incertain?

Quelles que soient leurs préférences philosophiques, la plupart des spécialistes du leadership partagent une conception remarquablement similaire: le leader, expliquent-ils, doit combiner deux compétences: il ou elle doit d’abord être capable de définir et d’articuler une vision cohérente; il ou elle doit ensuite être capable de mobiliser des gens qui vont suivre et s’approprier cette vision et idéalement s’identifier avec celle-ci. La première compétence se rapporte à la conception et à la communication, tandis que la seconde est de l’ordre des relations interpersonnelles. Si elle est prévalente aussi bien dans l’enseignement que dans le monde du conseil et bien-sûr dans celui des organisations, cette conception devient pourtant obsolète dans un monde incertain.

Lire la suite

Redéfinir le concept de vision dans un monde incertain: la vision comme modèle mental

L’une des choses les plus difficiles à faire admettre lorsque je présente l’effectuation (la logique d’action des entrepreneurs) est qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une vision pour piloter son organisation. On m’oppose souvent l’argument qu’il faut bien avoir une « Étoile polaire » pour guider l’action des collaborateurs et qu’une telle direction est particulièrement nécessaire dans un monde incertain. Je pense que c’est précisément le contraire. Mais surtout, dans un tel monde, c’est la notion même de vision qu’il faut redéfinir tant la façon dont elle est définie traduit une conception du monde qui n’existe plus.

Lire la suite

We don’t need another method: l’effectuation ou l’approche additive

L’une des choses sur lesquelles j’insiste lorsque je présente l’effectuation, la logique des entrepreneurs, est qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle méthode au sens où on l’entend d’habitude, c’est dire d’une démarche systématique permettant au moyen d’étapes clairement définie d’arriver à un but donné. Plus important, les principes mêmes de l’effectuation font qu’elle se glisse aisément dans l’existant et ne vous demandent pas de renoncer aux méthodes que vous utilisez. Elle peut donc être adoptée sans risque.

Lire la suite