Archives de Catégorie: Opinion

Réponse à Bernard Stiegler: Disruption, civilisation et lien social – L’angoisse de l’intellectuel français au moment du penalty

Dans une interview au journal Libération, le philosophe Bernard Stiegler déclare que l’accélération actuelle de l’innovation court-circuite tout ce qui contribue à l’élaboration de la civilisation. Il ajoute que la « disruption » (rupture, en français) constitue une barbarie « soft » incompatible avec la socialisation, pendant de la barbarie « hard » produite par Daech. On pourrait y voir là un entretien de plus d’un intellectuel français en déshérence, et passer son chemin, mais l’auteur est philosophe, ce qui en France équivaut à un passeport pour imposer sa pensée au monde, et directeur de l’institut de recherche et d’innovation du Centre Pompidou. Pas n’importe qui donc. Voyons cela de plus près.

Lire la suite

200 ans après, le malthusianisme a toujours tort: Vers une société d’abondance durable

Dans une conférence récente à l’Institut de l’Entreprise, Jean-Paul Delevoye prévenait: nous passons d’une société de l’abondance à une société de la rareté. M. Delevoye est président du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE). Le CESE, on ne sait pas trop à quoi ça sert mais il y a plein de gens importants dedans. Le propos est donc à prendre au sérieux, car il n’est pas tenu par n’importe qui. Et c’est d’autant plus important qu’il est totalement erroné.

Lire la suite

La révolution entrepreneuriale qui vient

À lire la presse et la blogosphère ces dernières semaines, il est difficile de ne pas être saisi par l’impression de délitement qui prévaut dans notre pays. On peut débattre à l’infini sur le fait que la presse n’est pas le reflet du pays réel, mais il est difficile de nier que nous sommes au bord du gouffre financier et que notre classe politique, et plus généralement notre élite, est totalement désemparée face aux défis auxquels nous devons faire face. Nous nous retrouvons dans ces périodes que notre pays semble malheureusement connaître souvent, face à une étrange défaite qu’a si bien décrite Marc Bloch, une défaite intellectuelle qui nous empêche d’énoncer clairement le problème et de l’admettre, et qui nous fait renoncer même à nous battre.

Lire la suite

Dailymotion ou le vrai visage de l’hostilité du gouvernement envers les entrepreneurs

L’espoir fut de courte durée. A peine l’encre sèche des commentaires sur la grande réconciliation entre le gouvernement et les pigeons à la suite des assises de l’entrepreneuriat et du grand discours de François Hollande qu’Arnaud Montebourg se rappelait au bon souvenir des entrepreneurs en bloquant la vente de Dailymotion, un site de partage de vidéos français, à l’américain Yahoo!

Lire la suite

Le grand méchant MOOC ou la rupture en marche dans l’éducation supérieure

J’ai eu l’occasion d’exprimer dans deux articles précédents pourquoi je pensais que les grandes écoles de commerce étaient en train de subir une rupture profonde de leur environnement. La raison est que leur modèle économique est à bout de souffle et qu’elles se font attaquer de toutes parts, et en particulier par le développement de solutions lignes dites « MOOC » ce qui signifie massive online open courses. En fait il serait plus exact que les MOOC n’attaquent pas directement les grandes écoles, du moins pas encore, et c’est là tout la difficulté. Pour comprendre pourquoi, un petit détour historique s’impose…

Lire la suite

Le gouvernement contre les entrepreneurs : tout le monde est perdant

Le gouvernement, par son projet du budget, vient de décider deux mesures qui à elles-seules porteront un coup fatal au dynamisme entrepreneurial, déjà bien fragile, de notre pays. Au final, tout le monde y perd. Lire ma tribune sur le Cercle Les Echos.

L’année zéro du libéralisme français

L’élection présidentielle qui vient de se clore a été singulière au moins sur un point: Tous les candidats du premier tour, sans exception, défendaient l’idée que l’Etat était la solution de la crise actuelle. Tous. Jamais la pensée politique n’avait été aussi unanime. Nous avons eu l’étatisme marxisto-chaveziste (Mélanchon, Poutou et Harteaud), l’étatisme keynésien (Hollande), l’étatisme vert (Joly), l’étatisme centriste (Bayrou), l’étatisme souverainiste (Dupont-Aignan), l’étatisme caporaliste (Sarkozy), et l’étatisme tribal (Le Pen). Sans oublier bien sûr l’étatisme lunaire de Jacques Cheminade, sorte de cerise comique sur un gâteau tragique.

Assez logiquement, le deuxième tour a opposé deux candidats qui, au final, tirent un diagnostic identique de notre situation. Le premier, Nicolas Sarkozy, a fait passer quelques réformes d’essence libérale mais s’est définitivement converti au dirigisme économique à partir de la crise de 2008, et au tribalisme le plus cru une fois connu le score du Front national au premier tour. Le second, François Hollande, est un social démocrate qui voit dans l’Etat la force motrice de la société.

Lire la suite