Frais d’inscription des universités: Devons-nous payer les études des futurs traders ?

La décision de Dauphine d’augmenter ses frais d’inscription et surtout de les indexer sur les revenus des étudiants (en fait des parents) n’en finit pas de susciter des réactions fortes. Je réagis notamment au billet d’Emmanuel Davidenkoff, du magazine l’Etudiant, dont je reprends le titre un brin provocateur. Pour (essayer de) résumer, en gros on a d’un côté la position égalitariste (point de vue social) et de l’autre la position institutionnelle (point de vue des universités).

La première estime toutes les études devraient être gratuites pour tous, sous peine de discrimination sociale. Comme il supposé essentiel pour la nation que le plus de gens possible fasse des études, la mobilité sociale indispensable exige qu’aucune barrière ne soit mise ni dans le choix des études (pas de sélection) ni dans leur poursuite (gratuité). Dans la même logique, il ne faut surtout pas que les diplômes soient différents d’une université à l’autre sans quoi se dégageraient peu à peu des universités prestigieuses et d’autres moins. Cette position égalitariste repose sur plusieurs hypothèses. La première est que la mobilité sociale passe nécessairement par les études. C’est naturellement faux. Elle peut – et devrait – aussi être atteinte par d’autres moyens, comme l’entrepreneuriat notamment. La création de sa propre entreprise est par exemple un des moyens principaux de progression sociale chez les minorités et immigrants aux États-Unis (cf rapport de la Caisse des Dépôts ici). Et on ne parle pas là de start-ups high-tech cotées en bourse, mais bien de petites entreprises souvent de service qui ne changent pas le monde, mais qui changent la vie de leurs créateurs. La deuxième hypothèse est qu’il est dans l’intérêt du pays de pousser ses habitants vers les études les plus longues possibles. Là encore rien n’est plus faux. Nous avons tous dans notre entourage un ami qui poursuit ses études simplement parce qu’il ne sait pas quoi faire dans la vie. Outre le coût direct pour l’État de financer ce type de passe-temps, il y a naturellement un coût d’opportunité pour le pays et pour l’étudiant – peut-être celui-ci serait-il plus productif, et plus motivé, dans un job? Son départ libérerait des ressources qui pourraient profiter à ceux qui restent et qui sont, eux, motivés.

La troisième hypothèse est que travailler durant ses études est une déchéance ultime qui, en outre, met en péril la qualité des-dites études. Il n’y a probablement qu’en France qu’on puisse affirmer de telles positions le plus sérieusement du monde. Travailler durant ses études n’est pas facile et même contraignant. Mais travailler procure également des ressources, synonymes d’indépendance et de liberté, une insertion sociale dans un milieu inconnu jusqu’alors (facteur de mixité sociale, travaillez donc dans un MacDo!) et naturellement une expérience irremplaçable sur la vie en entreprise avec ses bon et ses mauvais côtés. On en ressort moins bête. Quant à l’impact négatif d’un job sur les études, il reste à dénicher l’étude qui le prouve… La quatrième hypothèse, celle de la stricte équivalence des diplômes d’une université à l’autre, est tellement naïve et démentie par les faits qu’il ne vaut pas la peine d’y consacrer trop de lignes. Non toutes les universités ne se valent pas, et toutes ne peuvent se placer au même niveau; permettre une diversité, c’est offrir la chance aux « petites » universités de se spécialiser sur certains créneaux liées à leur histoire, leur géographie ou leur environnement, bref en passant de généraliste à spécialiste, attirant ainsi les étudiants motivés par le domaine de spécialisation. Dernière hypothèse (il y en a sûrement d’autres), celle qui consiste à penser que la gratuité des études est garante de l’égalité à leur accès. « L’éducation n’a pas de prix, » nous dit-on! C’est faux naturellement. Au risque de répéter un argument maintes fois produit en d’autres lieux, on sait qu’en France, ce sont en majorité des enfants de cadres qui font des études de haut niveau. Les faire payer par tous revient à faire payer les études des riches par les pauvres. Il est incompréhensible que ces derniers ne se révoltent pas en demandant une augmentation immédiate des frais de scolarité. L’éducation n’a pas de prix, certes, mais elle a un coût. Qui doit payer?

La position institutionnelle reprend ces critiques et estime qu’il n’est pas normal que les formations de pointe soient financées par la collectivité de manière indifférenciée, qu’une telle pratique est socialement injuste (voir à ce sujet l’entretien avec Gilbert Béréziat, vice-président de l’université Pierre-et-Marie-Curie). Elle constate également l’asphyxie financière des universités, noyées sous la masse des étudiants à motivation variable mais à coût fixe. Au fond, l’université française est victime de ce que les théoriciens appellent la tragédie des biens communs: toute ressource gratuite ou insuffisamment payée fait l’objet d’abus qui finissent par épuiser le système qui la produit. Elle constate également que le système français, dual, prive l’université de ses meilleurs étudiants (ceux-ci sont envoyés dans les grandes écoles) et de ses meilleurs chercheurs (ceux-ci vont travailler au CNRS). Ceux qui restent sont payés une misère, moins qu’une assistante de direction dans une PME. Elle indique également qu’il est possible de développer les prêts étudiants à taux très faible, poussant ainsi une logique de responsabilisation des étudiants. Ceci aurait également une autre vertu, celle de l’exigence: si je paie mes études, a fortiori si je m’endette, j’ai le droit d’être plus exigeant sur la qualité des études que l’on m’offre. Les américains diraient « Pas de taxation sans représentation ». Bref, augmenter les frais d’inscription, c’est donner plus de pouvoir aux étudiants; par là on entend plus de vrai pouvoir, pas celui qui consiste à avoir un siège dans un comité qui organise le nettoyage des locaux universitaires comme c’est le cas actuellement.
La question n’est finalement pas celle de savoir s’il faut augmenter les frais d’inscription. Idéologie et hypocrisie à part, elle est plus ou moins tranchée dans le principe. Elle n’est pas non plus de savoir s’il faut financer les études de traders: on n’avance pas en stigmatisant une profession. La question est plutôt de savoir dans quelles conditions l’augmentation des frais d’inscription peut à la fois servir au développement d’une université de qualité et permettre aux étudiants talentueux et motivés de poursuivre des études malgré un manque éventuel de ressources. Les pistes sont connues, exploitons-les.

Publicités

2 réponses à “Frais d’inscription des universités: Devons-nous payer les études des futurs traders ?

  1. Pingback: La hausse des frais d’inscription à l’université, une question taboue | Contrepoints

  2. Il est certain qu’une hausse des frais d’inscription financés par l’endettement des étudiants (ou de leurs familles) sera l’occasion de substantiels profits pour les institutions financières grâce aux intérêts versés mais plus encore grâce à la spéculation, enfin pendant un certain temps (cf. la bulle qui risque de crever aux USA). Mais je suis sceptique quant au bénéfice qu’en tireront les étudiants. Je ne suis as certain que débuter sa vie active avec une dette est positif. Cela appauvrit, empêche souvent d’effectuer de nouveaux emprunts (pour accéder à la propriété par exemple), ce qui a bien entendu une influence négative sur l’activité économique quant ce n’est pas tout bonnement l’impossibilité de rembourser (le gouvernement britannique estime que 20% des étudiants seront incapables de rembourser leur emprunt).

    Vous prétendez qu’actuellement « les pauvres paient pour les riches ». Argument maintes fois entendu dans les officines de droite mais peu convaincant. Les prélèvements obligatoires ne servent pas qu’à financer les études supérieures, fort heureusement. Ces impôts servent aussi à financer des services dont profitent aussi les pauvres, mais également des transferts sociaux au bénéfice des pauvres. Or étant donné que les riches sont ceux qui paient le plus d’impôts (encore qu’il est vrai qu’aujourd’hui on peut en douter notamment depuis les travaux de Piketty sur le sujet), il n’est pas du tout certain que les « pauvres » paient les études des enfants des « riches ». A la rigueur on pourrait peut-être en parler pour les grandes écoles, je pense par exemple à polytechnique qui reçoit que dotation de plus de 70 millions d’euros chaque année…. Mais surtout on peut se demander en quoi augmenter les frais de scolarité permettra aux plus pauvres l’accès au supérieur étant donné que déjà à l’heure actuel, les frais de scolarité (ajoutés aux autres frais induits par les études) est une barrière qui limite l’accès des plus pauvres au supérieur malgré les dispositifs pour tenter d’empêcher ce phénomène. Ce serait bien la première fois qu’une hausse des prix permet d’augmenter l’accès ! Pour s’en convaincre si on a quelques doutes, il suffit de regarder les USA qui voient les inégalités se creuser pour l’accès au supérieur et l’obtention de diplômes (on peut lire à ce sujet les travaux de David Ellwood et Thomas Kane).

    La croissance des inégalités quant à l’accès aux diplômes du supérieur aura pour conséquence une réduction de la mobilité sociale car bien que le diplôme ne soit pas le seul moyen pour améliorer sa condition, il semble que cela soit le moyen le plus efficace. C’est une arme contre le chômage et la précarité comme le montrent les données de l’INSEE http://www.inegalites.fr/spip.php?page=graphe&num=5&ligne_depart=0&ligne_fin=9&colonnes=0,1,2&type=&miny=&pas=&note=&lignes_exclues=6&type0=&couleur0=&type1=&couleur1=&type2=&couleur2=&type3=&couleur3=&type4=&couleur4=&type5=&couleur5=&type6=&couleur6=&type7=&couleur7=&type8=&couleur8=&axe0=&axe1=&axe2=&axe3=&axe4=&axe5=&axe6=&axe7=&axe8=&Y-unite0=&Y-couleur0=&Y-unite1=&Y-couleur1=&Y-unite2=&Y-couleur2=
    ou les études du Céréq notamment celle-ci http://www.cereq.fr/pdf/b253.pdf

    On peut bien sûr arguer que les étudiants pourront payer leurs études en travaillant à côté, mais contrairement à ce que vous prétendez les études sont là pour montrer un impact négatif du travail étudiant. notamment l’étude de l’OVE (observatoire de la vie étudiante) ou encore de l’INSEE http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?id=2708.

    Pour finir je reviens sur « la tragédie des biens communs ». Cela ne peut concerner que des biens, des services obéissant au critère de rivalité (l’usage du bien ou du service restreint ou empêche l’usage par un autre), l’exemple de Hardin sur les pâturages obéit à ce critère mais ce n’est pas vraiment le cas d’ éducation ou de l’accès au savoir. Le fait qu’un individu accède à un savoir, aille dans le supérieur n’empêche nullement un autre d’y accéder également. Il serait donc judicieux de distinguer biens communs caractérisés par le critère de non-exclusion ( tout le monde peut en profiter, y accéder) et le critère de rivalité et biens collectifs caractérisés par la non-exclusion mais également la non-rivalité. le cas de l’éducation et de l’accès au supérieur relèverait alors plutôt des biens collectifs (bien qu’on puisse tout de même remarquer que la non-exclusion n’est pas « pure » étant donné qu’il faut un diplôme (le bac) pour y accéder). Aussi, je ne pense pas que ce soit un bon cadre d’analyse lorsqu’on s’intéresse au système universitaire français.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s