Archives de Tag: Intelligence économique

Renforcer l’enseignement de l’analyse stratégique, oui mais sur quelles bases?

Dans un très bon article, Pierre Memheld (Université de Strasbourg) souligne l’importance de développer l’enseignement de l’analyse stratégique en France. Alors que le monde devient de plus en plus incertain et difficile à comprendre, on ne peut que partager cette analyse. La question importante, toutefois, est de savoir les bases fondamentales sur lesquelles cet enseignement devrait être développé.

Lire la suite

Comment les surprises stratégiques se produisent-elles? Sortie de mon ouvrage « Constructing Cassandra »

Mon ouvrage « Constructing Cassandra: Reframing Intelligence Failure at the CIA, 1947-2001 », co-écrit avec mon confrère Milo Jones (IE Business School) vient de paraître chez Stanford University Press.

jones-silberzahn-book-cover-sup-smallCréée en 1947 par le président Harry Truman avec la mission explicite d’empêcher un nouveau Pearl Harbor, la CIA a failli dans cette mission en au moins quatre occasions majeures : lors de crise des missiles à Cuba en 1962, lors de la révolution iranienne, lors de l’effondrement de l’URSS et le 11 septembre 2001. Comment s’expliquent ces échecs, et quelles leçons pouvons-nous en tirer ? 

Lire la suite

Ce que la crise des missiles de Cuba vous apprend sur les limites du ‘Big Data’

Des preuves cachées à la vue de tous

Il y a cinquante ans exactement, le Président Kennedy était informé que l’URSS avait secrètement installé des missiles à Cuba. C’était le début d’une crise qui allait amener le monde au bord de la guerre nucléaire. Comment, malgré leur système de renseignement et la quantité d’information dont ils disposaient, les américains ont-ils pu être surpris à ce point?

Analyse des limites du ‘big data’ dans mon nouvel article écrit dans Forbes avec Milo Jones ici.

Innovation, veille et surprise stratégique: Les limites de l’approche par les signaux faibles

Lorsque l’on étudie l’innovation de rupture, et plus généralement les surprises stratégiques, on ne peut manquer d’être frappé par la difficulté qu’ont les organisations (entreprises, gouvernements) à anticiper l’évolution des évènements. Elles se font surprendre y compris par des évènements qui mettent parfois très longtemps à survenir.

Une préconisation courante de ceux qui se sont intéressés à la question est pour les entreprises de s’intéresser aux signaux faibles, une expression qui désigne les signes avant-coureurs qui ne manquent jamais d’exister d’un phénomène à venir. En identifiant ces signaux faibles, l’entreprise saura anticiper le phénomène et donc s’y préparer. On peut ainsi détecter un changement d’attitude de consommateurs en passant du temps avec les plus à la pointe d’entre eux, l’entrée d’un concurrent sur le marché en surveillant l’achat de terrains pour construire une usine ou le dépôt de brevet. Après la conférence que j’ai donnée récemment sur les surprises stratégiques et la CIA, basée sur mon ouvrage Constructing Cassandra, des participants m’ont dit que les journalistes américains qui suivent la Maison Blanche surveillent, de leur côté, les commandes de pizza dans les pizzerias aux alentours: une soudaine commande signale une nuit blanche et donc un événement important. Par ailleurs le développement fulgurant des technologies de l’information permettent de plus en plus facilement de surveiller notre environnement pour dénicher l’information rare. Alors, les signaux faibles, solution infaillible aux surprises stratégiques? Loin s’en faut…

Lire la suite