Archives de Tag: amazon

Innovation: Le mythe des solutions sans problème

La scène se passe à Lyon il y a quelques mois. Je suis invité pour présenter l’effectuation à un groupe d’artistes. L’effectuation à des artistes? Oui, car l’effectuation étant un principe général de création de nouveauté, il existe de nombreux parallèles entre l’entrepreneuriat et l’art, et la session avait pour but d’explorer ces parallèles. Enfin bref… je donne des exemples d’entreprises ayant démarré de manière effectuale (sans idée précise et progressé chemin faisant sur la bases de rencontres inopinées) et j’évoque les débuts de Facebook. Très vite j’ai droit aux classiques « Facebook c’est l’innovation inutile » et le « symbole de la futilité de notre époque. » Bien qu’utilisant très peu Facebook, je ne partage pas du tout cet avis. L’innovation est souvent inutile… au début.

Lire la suite

Innovation de rupture: Tout va très bien madame la marquise!

Deux échanges m’ont donné récemment matière à penser sur la capacité presqu’infinie que peut avoir un dirigeant à se mentir à lui-même, et donc aux autres, pour ignorer une réalité désagréable. Le premier échange concerne Amazon, et le second Tesla.

Lire la suite

Mon ouvrage « Relevez le défi de l’innovation de rupture » disponible en anglais

Mon ouvrage « Relevez le défi de l’innovation de rupture » en désormais disponible en anglais. Il est en format ebook sur Amazon Kindle ici.

mgtdi-cover-25pc

La bataille des e-books: Amazon contre les éditeurs, partie remise?

Il semble que l’ancien monde soit capable de résister au nouveau monde de manière assez efficace, du moins en apparence. Ainsi donc, Amazon, qui commercialisait les livres électroniques à 9,99$ depuis la sortie de son lecteur Kindle, vient de céder face aux exigences de l’éditeur Macmillan et de relever les prix à près de 15 à 20$. En apparence, il s’agit effectivement d’une victoire de l’ancien monde: bien naïfs les acteurs de l’Internet qui s’imaginaient pouvoir décider de tout: pour vendre des livres, il faut bien des livres, et comme le monde de l’édition est un cartel avec peu d’acteurs globaux, si l’un d’entre eux refuse de vendre à Amazon, l’intérêt du Kindle devient moindre. C’est d’autant plus dangereux pour Amazon depuis la sortie annoncée de l’iPad, le lecteur d’Apple. Les éditeurs peuvent maintenant faire jouer la concurrence, surtout dans une phase où les produits doivent établir leur base installée.

Le rapport de force semble donc bien s’être établi en faveur des éditeurs. Oui, sauf que… sauf qu’il auraient bien oublié juste une petite chose: les lecteurs (en chair et en os, ceux qui lisent). On le sait, les ventes de livres sont en baisse régulière dans le monde, et apparemment le manque d’appétit pour la lecture des jeunes générations nourries aux écrans ne laisse présager rien de bon. Le livre électronique représente une véritable occasion pour les éditeurs de trouver un relais de croissance. Doubler le prix d’un livre présente deux risques: tuer dans l’œuf un marché naissant, d’une part, et favoriser la copie pirate, de l’autre. Il est difficile d’anticiper les réactions des consommateurs, la majorité d’entre-eux étant encore à venir, elle ne verra pas en pratique l’augmentation des prix, mais il se pourrait donc bien que les éditeurs n’aient obtenu qu’une victoire à la Phyrrus. En tout cas la question n’est pas close.

Plus ici.