Quand les experts deviennent militants

Le 15 juin dernier, alors que les Français se préparaient à vivre une canicule, Marc Hay, présentateur météo de BFMTV, décidait de se montrer alarmiste. Se disant fatigué du manque de réaction des spectateurs face aux dérèglements climatiques, il déclarait: « Je pense qu’il faut qu’on change notre manière de parler de ça car ça n’imprime pas. » Si nombre d’observateurs ont salué cette position face à un des grands enjeux de la planète, on ne peut s’empêcher d’y voir aussi une dérive possible, celle de l’expert devenu militant, aux conséquences dangereuses.

Je fais régulièrement l’exercice dans mes séminaires de formation lorsque nous étudions comment les organisations et les Etats se font surprendre par des événements qu’ils auraient dû voir venir. J’affiche en grand sur l’écran la phrase suivante: « L’état de la macroéconomie est bon. » Elle a été écrite par Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI, dans un rapport officiel en août 2008, soit quelques jours avant le début de la pire crise économique que le monde ait connu depuis 1929. Je demande alors aux participants d’expliquer cette phrase. À chaque fois, il se trouve des participants pour estimer que Blanchard connaissait en fait la situation mais a menti pour éviter que les marchés financiers ne paniquent; qu’il a menti pour la bonne cause en quelque sorte. Nous savons aujourd’hui que la réalité est plus prosaïque: il s’est totalement planté, et l’a reconnu ensuite, et cela constitue un cas typique d’erreur majeure de prévision, mais ce n’est pas ce qui est intéressant. Ce qui est intéressant est que l’idée qu’un expert mente « pour la bonne cause », c’est-à-dire que la fin justifie les moyens, ne semble pas déranger les participants.

Experts militants

Bienvenue dans l’ère des experts militants. Ils sont partout de nos jours. L’enseignant est un militant. Le présentateur météo est un militant. Le vendeur de chez Jardiland est un militant bio. Mon assureur est militant (et le revendique) et toute la publicité devient militante: pas une publicité de voiture sans une incitation à faire appel au covoiturage, ou pour des aliments sans nous rappeler qu’il ne faut pas manger trop sucré ni salé. Les experts de l’OMS sont militants qui mentent sur l’origine de la Covid pour ne pas offenser la Chine. C’est la BBC qui est militante en juin 2020 qui juge une manifestation « essentiellement pacifique » alors que les voitures brûlent et que 27 policiers sont blessés, parce que la manifestation est organisée par Black Lives Matter, et que BLM est du côté du bien. Ce sont les journaux qui choisissent leurs titres pour éviter de mentionner que l’attaque d’un bar gay en Norvège en juin 2022 est l’œuvre d’un islamiste.

Tract politique (Source: Wikipedia / Météo France)

Ce militantisme généralisé, qu’au premier abord on pourrait saluer comme une prise de conscience bienvenue par les entreprises des problèmes que connaît notre planète, est cependant problématique à plusieurs égards. Premièrement parce qu’il pervertit la notion d’expertise. Si tout le monde est militant, il n’y a plus de vérité, mais seulement un discours au service d’une cause. Plus personne ne fait confiance aux experts. Nous basculons dans une ère de post-vérité où les experts sont en fait des vendeurs de causes. Dès lors tout se vaut, et la vérité est la première victime.

Deuxièmement parce que le militantisme est celui d’une seule cause, celle du « bien ». Il ne s’agit pas d’avoir un paysage où s’affrontent des militants d’opinions différentes, comme dans une démocratie saine, mais bien de définir ce que l’on doit penser d’un sujet, et de considérer toute pensée divergente comme inacceptable. Les mêmes qui exigent des entreprises qu’elles prennent position sur des sujets politiques applaudissent Twitter lorsqu’il interdit Donald Trump de s’y exprimer. Autrement dit, prenez position, mais seulement sur nos positions, sinon taisez-vous.

Troisièmement, parce que ce militantisme est sous-tendu par une arrogance épistémique du sachant (ou croyant savoir). Ayant formé son opinion, Hay ne supporte pas que ses auditeurs ne l’adoptent pas. Pas un instant ne lui vient l’idée qu’il pourrait avoir tort, ou que la situation est peut-être plus compliquée qu’il ne le pense. Pas un instant ne lui vient l’idée qu’il devrait se limiter à nous dire le temps qu’il fera demain et garder pour lui ses opinions pour ce qui concerne le reste; que nous sommes assez grands pour nous former une opinion sans lui, et que si il y tient vraiment, il peut démarrer une carrière d’éditorialiste en parallèle de son métier de présentateur météo. La prochaine fois que Marc Hay vous présente la météo, vous saurez qu’il ne vous présente pas la météo, en fait. Il fait en sorte de vous convaincre de quelque chose qu’il croit important. Ne soyez pas dupes.

Enfin quatrièmement, le militantisme généralisé mine non seulement la cause qu’il veut défendre, mais la société tout entière. Si effectivement Olivier Blanchard avait menti pour la « bonne cause », on voit que sa « cause » n’a pas été bien servie puisque les marchés se sont effondrés. Plus généralement, si tout est politique, le politique perd toute légitimité et il finit par se passer ce qui s’est passé en Europe de l’Est et qui fut magnifiquement décrit par Vaclav Havel dans Le Pouvoir des sans pouvoir: un épuisement général. Car la vitalité d’un corps social ne peut venir que de la diversité de ses composantes. Tout ce qui unifie tue. Non seulement aucune cause ne peut être utilement défendue par le mensonge sur le long terme, mais un système basé sur le mensonge, s’il peut réussir à gagner du temps, finit toujours par s’effondrer, et les dégâts qu’il laisse sont considérables car la confiance ainsi détruite est le ciment d’une société.

Tout est politique?

« Tout est politique » me disait récemment cette responsable Diversité et inclusion d’une grande entreprise française. Or cette croyance est la marque même du totalitarisme. En URSS, les mathématiques, le sport et l’art étaient politiques et la génétique y a été condamnée comme bourgeoise. De son côté, Mussolini déclarait: « Pour le fasciste, tout est dans l’État, et rien d’humain ni de spirituel n’existe et a fortiori n’a de valeur, en dehors de l’État. En ce sens, le fascisme est totalitaire, et l’État fasciste, synthèse et unité de toute valeur, interprète, développe et domine toute la vie du peuple ».

À ce « tout est politique » totalitaire répond le « chacun son champ d’action » libéral. C’est ce que défendait notamment Peter Drucker. S’il est aujourd’hui considéré comme « le père du management », son premier livre, The end of economic man, était en fait un ouvrage économique et philosophique. Paru à la fin des années 30, c’était un avertissement contre le totalitarisme qui avait notamment beaucoup marqué Churchill. Reprenant une idée de Tocqueville, Drucker y observait qu’à partir du milieu du XIIIe siècle, l’histoire politique de l’Occident a été en grande partie celle du démantèlement du pluralisme hérité du Moyen-Âge. Il fut achevé vers le milieu du XIXe siècle lorsqu’il n’y avait plus alors qu’un seul centre de pouvoir dans la société – l’État. Mais au moment où le pluralisme semblait avoir été aboli, la grande entreprise apparaissait comme un nouveau centre de pouvoir autonome au sein de la société, rapidement suivi par l’association non lucrative. Ce pouvoir a bien-sûr toujours inquiété la clérisie, qui n’a eu de cesse que de le réduire. La politisation de l’espace économique, et de celui de l’expertise en général, pour les mettre au service de « nobles » causes, n’a d’autre objet que de poursuivre cet effort.

Dépolitiser l’expertise

Il est urgent de revenir en arrière et de dépolitiser l’expertise, qu’elle soit celle de l’entreprise, de l’enseignement et de la recherche, de la musique et même de la météo. Dans un monde complexe et incertain, nous ne pouvons pas nous permettre de mettre toutes les composantes de la société au service d’une seule cause, si noble soit-elle. Non seulement cela nous rend incroyablement fragiles, mais cela nous détruit de l’intérieur sans pour autant servir la cause en question. Recréer des espaces d’autonomie fonctionnant avec des logiques différentes est indispensable. C’est la marque d’une société libre et dynamique; c’est aussi, incidemment, la seule façon de redonner son indispensable crédit à la politique.

🔍Voir l’article de Andrew Doyle The experts are lying to you ici. Pour aller plus loin sur le sujet, voir mes articles précédents: Choisis ton camp camarade! Pourquoi diviser le monde en deux nous empêche de le transformer; Le militant et le politique: Les deux logiques pour changer le monde.

📬 Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner pour être averti des prochains par mail (« Je m’abonne » en haut à droite sur la page d’accueil).

🎧 Cet article est disponible en format audio podcast: Apple Podcast – Google Podcast – Tumult – Deezer – Spotify – Podinstall

7 réponses à “Quand les experts deviennent militants

  1. samplayers

    Quand les experts deviennent militants… et quand les journalistes se demandent s’il faut mentir pour la cause :
    https://www.liberation.fr/chroniques/2016/02/21/investigation-mentir-utile_1434903/?outputType=amp

  2. Intéressante réflexion. Est-ce réellement être militant pour un constructeur de voiture d’inciter au covoiturage ? Pour un industriel d’écrire « manger-bouger » sur son paquet de céréales sur-sucrées ?
    Pas vraiment. Pas du tout. Plutôt un couvert pour permettre de poursuivre son entreprise publicitaire.

    Le présentateur météo est-il réellement militant lorsqu’il dit que les températures sont anormales ? Doit-il se cantonner a dire « il fera 41° » ? « Il fera 41°, soit 15 de plus que les normales » est-il autorisé ou déjà trop « militant », chacun étant assez grand pour faire une soustraction ?

    Le rôle de l’expert est de donner les clés. Il indique ici la température. Et l’analyse de celle-ci : une telle phase caniculaire, si tôt, si géographiquement étendue, est absolument anormale.

    Enfin, est-ce aussi militant, lorsqu’un auteur n’utilise que des exemples contre un bord politique ? Alors que d’autres illustrent très bien le propos: Ndiaye assumant mentir pour aider le Président. Et bien plus proche, les journaux/tv indiquant la proposition de loi constitutionnelle garantissant l’IVG sans mentionner le premier épisode 2019 (et refus gouvernemental). Il existe des exemples sur tout le spectre politique.

    Le propos de l’expert est, à mon sens, plus fort, plus pertinent et plus critique lorsqu’il est impartial. Que l’expert s’appelle Hay, Silberzahn, ou tout autre quidam.

  3. Bonjour,
    J’ai bien aimé votre formulation du « camp du bien ».
    Ce que vous appelez militantisme n’est-il pas l’avènement / le retour d’une nouvelle bien-pensance ?

  4. BREL Philippe

    Bonjour, merci de ce nouvel article dérangeant, Philippe.
    Je m’étonne seulement du terme de « militant » utilisé pour définir celui qui fabrique ou relaie … un mensonge !
    Un expert ne devrait pas se forger une opinion ? et si cela lui arrive incidemment, il devrait en cacher soigneusement le contenu ?
    Alors il faut dissoudre le GIEC, l’agence de sûreté nucléaire et tous ceux qui analysent, surveillent, contrôlent, mesurent, et fournissent au terme de leurs investigation un avis étayé sur nos aliments, nos médicaments, nos centrales, nos voitures, nos comptes privés ou publics, etc…
    La seule question qui vaille est donc : est-ce l’opinion qui a conditionné l’étude ou l’étude qui a forgé l’opinion ? la seule méthode éprouvée est alors la méthode scientifique, la révision par les pairs, etc…
    Mais il est illusoire d’imaginer qu’un expert puisse rester neutre, même s’il voit dans ses tubes à essai ou dans ses graphiques un avenir sombre pour ses enfants …

    • Melimalambic

      Le cas du GIEC est particulier car cet organisme mélange par construction science et politique, ce qui ne permet probablement pas le débat contradictoire nécessaire à la bonne marche de la pensée scientifique. Oui en effet, on pourrait avantageusement le dissoudre pour créer d’une part une instance purement scientifique (examiner ce qui est sans tabou), séparée d’autre part du volet politique, plus militant par nature (déterminer ce qu’il faut faire)…

  5. bettybeeler

    Je ne connais pas les causes de la tendance grandissante des experts à jouer les militants en France, mais j’observe chez moi aux USA le rejet de l’autorité des enseignants et d’autres experts mainstream par les conservateurs, d’un côté, et l’impatience des jeunes (surtout les non-blancs, non-nantis, non-mâles, et non-hétéro) avec la parole des décideurs en tous genres, de l’autre. L’échec des experts sanitaires, politiques, militaires et financiers à juguler le Covid, les inégalités, le réchauffement climatique, la violence, etc., sans parler de l’effet Trump qui expose les failles du patriarcat blanc et nationaliste aboutissant à une Cours Suprême décrédibilisée, est passé par là.
    C’est différent en France, oui, mais les étudiants en agro, sciences politiques, et engineering semblent demander déjà que leurs écoles soient militantes!