Réponse à Vincent Berger: les (vraies) leçons du recrutement d’un Prix Nobel américain à Paris-Diderot

Dans article paru dans Le Monde daté du 15 février dernier, Vincent Berger, président de l’Université Paris-Diderot tire les leçons du recrutement du Prix Nobel de Physique George Smoot par la même université. Selon lui, si l’Université française manque de moyens et si elle ne paye pas suffisamment ses chercheurs, son modèle réussit néanmoins car la véritable motivation des chercheurs est l’excellence technique. La faible rémunération individuelle, et en particulier le fait que les chercheurs ne soient pas rémunérés au mérite, facilite le travail d’équipe. « La grande leçon que nous devons tirer de la venue de George Smoot », indique-t-il, « est que l’efficacité de la recherche française réside pour une immense part dans la qualité du travail collectif qui se fait dans ses laboratoires. » Et d’alerter sur les dangers qu’il y aurait à indexer trop fortement les rémunérations sur l’évaluation, c’est à dire sur les résultats individuels.

Il faut se pincer pour le croire, vraiment. Il est indéniable que la recherche française dispose d’excellents laboratoires dans certains domaines, mais il faut dire clairement que cette excellence est obtenue malgré le système universitaire français, pas grâce à lui. Ce système est à l’agonie: j’ai été formé à l’université, j’y ai enseigné, et cette agonie est évidente. Ce système est misérable: le salaire des chercheurs est ridicule, et on peut questionner les choix d’un pays qui paie plus une secrétaire de direction de PME qu’un chercheur expérimenté. Ce système est absurde: l’absence de rémunération au mérite est depuis longtemps un facteur de démoralisation, comme le confirmera pratiquement n’importe quel universitaire. Ce système est injuste: les promotions s’y font presque indépendamment de la performance. Ce système, enfin, est inefficace: les moyens y sont ridicules, sauf quelques laboratoires d’exception. D’ailleurs Vincent Berger reconnaît, mais ne semble pas s’en inquiéter plus que ça, que la fuite des cerveaux est une réalité. Comment peut-il en être autrement lorsqu’un chercheur est payé 2.000 euros par mois quelque soit son travail, est assommé d’heures d’enseignements et de charge administrative en France,  et ne dispose presque pas de moyens, tandis qu’il gagne au moins deux fois plus aux États-Unis au départ, avec charge d’enseignement réduite, soutien administratif béton, moyens pléthoriques et des possibilités de gagner beaucoup , très rapidement sur la base de ses résultats?

Ah oui mais l’individualisme américain me direz-vous? La belle affaire! Que je sache, la science américaine n’a pas tellement à en rougir. Personne ne soutiendra sérieusement la supériorité du modèle français – à supposer qu’il existe – sur le modèle américain – qui lui existe vraiment. Dès lors, les considérations sur un soi-disant individualisme américain à opposer à l’altruisme collectiviste français relève de la rhétorique anti-américaine qu’affectionne les élites françaises, en un éternel remake du renard et des raisins, en quelque sorte. La triste vérité, c’est qu’il n’existe pas de modèle français de système de recherche alternatif. Il existe simplement une misère du système de recherche français tout court. Il est regrettable qu’un président d’université, qui devrait hurler chaque jour à propos de cette misère, perpétue ce fantasme français du sport pour la gloire et prenne la plume pour faire passer cette misère pour un détachement sain des lois de l’argent. Oui, un prix Nobel américain, n’ayant peut-être plus rien à prouver et sans doute pour des raisons très personnelles, a décidé de venir faire un tour à Paris. Combien de temps restera-t-il? Est-il vraiment représentatif? Nos universités sont-elles assaillies par des candidats internationaux de haut niveau attirés par le génie de notre système de recherche? Est-ce notamment le cas pour de jeunes chercheurs plein d’avenir? J’en doute fort. Bien au contraire, notre système forme, tant bien que mal, des docteurs de qualité qui s’enfuient à l’étranger à la première occasion, tandis que ceux qui restent forcent l’admiration par leur capacité à faire fonctionner un système exsangue. On peut s’en féliciter, on devrait s’en inquiéter.

Publicités

Une réponse à “Réponse à Vincent Berger: les (vraies) leçons du recrutement d’un Prix Nobel américain à Paris-Diderot

  1. Vincent Berger a eu la gentillesse de réagir à mon billet. Je publie sa réponse intégrale ici afin de contribuer au débat:

    Bonjour,

    j’ai lu votre billet. Le système d’esr français est tout de même assez complexe. Quelques remarques :
    – il y a en réalité beaucoup d’étrangers dans nos laboratoires. Le labo APC concerné comprend beaucoup d’italiens, allemands, américains, au delà de ce prix Nobel. George Smoot est loin d’être un cas isolé (même si il est le seul Nobel et donc attire les projecteurs). Vous pouvez par exemple discuter avec Jim Bartlett, élève de George Smoot et recruté chez nous il y a dix ans, Thomas Patzak , qui était aussi prof aux US avant de nous rejoindre, Simona Mei, Carlo Sirtori, que l’on a recruté de Bell labs, etc…
    – En ce qui concerne la fuite des cerveaux, je vous conseille de regarder par exemple les travaux de SLR. Bien que militants, leurs travaux sur la fuite des cerveaux sont très intéressants. C’est un problème complexe.
    – j’ai moi même passé 12 ans dans l’industrie avant de rejoindre l’université pour information. Je n’ai jamais regretté mon choix.
    – a chaque concours de mcf ou de prof nous avons 20 à 30 candidats, qui tous pourraient aller ailleurs, briguer d’autres positions dans notre société. Certains sont très très brillants. Ce ne sont pas des gens qui choisissent l’université parce qu’ils n’ont rien d’autre, pas du tout.
    – Bien que les salaires soient bas à l’université, ce que je déplore et là dessus on est bien d’accord, cela prouve qu’il y a tout de même des facteurs d’attractivité à l’université. Ces facteurs existent. Ils sont très importants, c’était là le sujet de mon article, pas ailleurs.
    – je reconnais bien sûr que les salaires sont tout de même bas, il ne faut pas déformer mes propos.
    – quand vous dites que les promotions sont indépendantes du talent, alors là vous dérapez complètement. On pourra toujours trouver des exemples de ce que l’on peut estimer comme des injustices, comme dans tout système d’évaluation, mais globalement, tout de même, il serait excessif de jeter le bébé avec l’eau du bain.
    – la comparaison entre les salaires français et américains ne peut pas se faire en Euros. Essayez de vivre à Stanford avec 2 enfants et seulement 100000 dollars par an et vous verrez que la France est aussi un beau pays… avec école publique, sécurité sociale, retraites… C’est beaucoup plus compliqué que cela. Même si je ne nie pas que les salaires sont bas, encore une fois.

    Il y a dans tout cela beaucoup de complexité. J’ai essayé d’expliquer une partie de cette chose complexe qui est l’université, manifestement avec vous je n’y suis pas arrivé.

    Mais c’est toujours utile de voir les retours sur ses textes. Cela permet de progresser dans la pédagogie…

    Merci,

    Vincent Berger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s