« Connect & Develop » : Le modèle d’innovation ouverte de Procter & Gamble

A lire dans le n° de mars 2006 de la Harvard Busines Review, un article co-écrit par Larry Huston et Nabil Sakkab, respectivement Vice-President for Innovation and Knowledge, et Senior Vice-President for corporate research and development chez Procter & Gamble. Les deux hommes sont les artisans de la mise en place du programme Connect & Develop (le nouveau nom de la R&D chez Procter), l’exemple emblématique de l’approche « Innovation ouverte » (« Open Innovation ») prônée par l’universitaire Henry Chesbrough. L’idée de l’innovation ouverte est qu’une large part de l’innovation doit désormais se faire non pas au sein des laboratoires de l’entreprise, mais en collaboration avec des acteurs extérieurs. Ainsi ce qui compte n’est plus tant la capacité de recherche, mais celle de connexion, d’où l’évolution du nom de R&D à C&D. Aujourd’hui, un tiers des nouveaux produits lancés par Procter a été développé hors des murs de l’entreprise : impossible d’ignorer ce modèle qui permet à des grands groupes d’intégrer rapidement ce qui se fait de mieux.

Le concept d’innovation ouverte connaît un fort développement, mais beaucoup remarquent cependant qu’il n’y a là rien de bien nouveau: les entreprises ont depuis toujours fait appel à des partenaires ou des prestataires pour développer et lancer de nouveaux produits. Au-delà de la capacité de la recherche en management d’inventer des noms nouveaux pour des pratiques anciennes, l’innovation ouverte est quand même un phénomène intéressant, mais qui ne va pas sans problème, notamment au niveau de la propriété intellectuelle, dont les règles de partage deviennent complexes.

L’article peut être commandé sur le site de la HBR moyennant $6 :

http://harvardbusinessonline.hbsp.harvard.edu/b02/en/common/item_detail.jhtml?id=R0603C

Mise à jour 2010: Voir mon billet écrit au sujet du livre de Roger Martin qui prétend, lui, que l’innovation de Procter & Gamble est liée… au Design Thinking.