Archives de Tag: Michel et Augustin

L’entrepreneuriat ou l’art du compromis

L’un des mythes les plus tenaces de l’entrepreneuriat est que l’entrepreneur (ou l’innovateur au sein d’une organisation) doit être guidé par une vision claire de ce qu’il veut accomplir. Cette vision, ou ‘grande idée’, est même la condition préalable au démarrage du projet. Or de nombreux exemples de création d’entreprise montrent que l’idée n’est pas un invariant, mais représente au contraire un objet qui évolue et prend forme au cours du développement du projet entrepreneurial. Ces exemples montrent également que l’évolution de l’idée se fait au travers de négociations avec les parties prenantes du projet.

Lire la suite

Publicités

Ce n’est pas d’argent dont les entrepreneurs ont besoin pour démarrer

Chaque fois que je présente l’effectuation, la logique des entrepreneurs, la première question que l’on me pose est « Mais si l’idée émerge au bout d’un certain temps et qu’elle n’a pas besoin d’être claire au début, comment faites-vous pour convaincre votre banquier de vous financer? » Cette question m’intrigue toujours, en partie parce que je ne vois pas souvent des entrepreneurs financés par leur banque; on a donc l’impression qu’on se pose un faux problème: il faudrait se conformer aux attentes de gens qui, de toute façon, ne vous apporteront rien?  Mais au-delà, l’effectuation suggère une réalité moins évidente, mais assez profonde: Ce n’est pas d’argent dont les entrepreneurs ont besoin pour démarrer.

Lire la suite

L’effectuation ce n’est pas l’orientation ou la fidélisation client

L’effectuation met en avant la nature sociale du processus entrepreneurial. Par cela, on entend que l’entrepreneur réussit en fédérant autour de lui un nombre croissant de ce que l’on appelle des parties prenantes, c’est à dire des acteurs qui s’engagent concrètement dans son projet en lui apportant des ressources. C’est ce que traduit le 3e principe de l’effectuation, le patchwork fou. Souvent ce principe est traduit un peu vite comme étant le principe de l’orientation client et, par extension, de la fidélisation client. C’est en fait très différent, voyons pourquoi.

Lire la suite