Archives de Tag: principe de précaution

N’ayez pas peur ce n’est qu’une ampoule électrique – Les risques de l’innovation

Mon ami François m’a fait parvenir la photo d’une plaque qu’il a retrouvée dans la cave de sa vieille maison. Cette plaque était apposée dans les bâtiments nouvellement équipés d’éclairage électrique à la fin du XIXème siècle (à l’époque, l’éclairage se faisait au gaz). Je la reproduis ci-dessous:

Attention innovation dangereuse

Attention innovation dangereuse

D’abord on prévient gentiment l’utilisateur de ne pas essayer d’allumer sa lumière électrique avec une allumette. Ensuite on le rassure sur le fait que l’électricité ne présente pas de danger pour la santé et ne perturbe pas le sommeil.

Cette plaque illustre bien deux caractéristiques de l’innovation. D’abord la difficulté pour les premiers utilisateurs d’adopter l’innovation. Même pour ce qui nous semble aujourd’hui tout à fait trivial, utiliser une ampoule électrique, il a fallu l’équivalent d’un manuel d’instruction. Avant qu’elles ne passent dans les mœurs et deviennent invisibles, les innovations nous bouleversent. Une innovation est une innovation jusqu’à ce qu’elle fonctionne et soit assimilée. Qui s’émerveille encore en appuyant sur un interrupteur électrique?

La seconde caractéristique est la peur engendrée par les innovations. Comme pour le train, dont les scientifiques avaient prédit qu’il tuerait au-delà de 50 kilomètres par heure, il a fallu rassurer les utilisateurs d’électricité en leur indiquant que celle-ci n’était pas dangereuse. Cela nous paraît ridicule et nos ancêtres nous semblent bien timorés, jusqu’au moment où on se rappelle que nous faisons pareil avec les antennes GSM ou les OGM. Adopter l’éclairage électrique était un risque, comme consommer des OGM aujourd’hui. Mais sans risque, pas de progrès. Implicitement, nos ancêtres ont toujours appliqué la règle suivante: tant qu’on ne m’a pas montré que c’est nocif, je l’utilise. Alors que la France, qui a tellement peur de l’avenir et de l’innovation, a désormais adopté la règle inverse en inscrivant le principe de précaution dans sa constitution, voilà un exemple à méditer sérieusement. Merci François.