Archives de Catégorie: Théorie

La quasi-décomposabilité, un concept important pour l’innovation et l’entrepreneuriat

Comment certains systèmes, comme des marchés ou des organisations, réussissent à perdurer malgré des changements profonds de leur environnement tandis que d’autres disparaissent? Comment naissent et prospèrent de tels systèmes? Ces questions sont au cœur de la problématique de l’entrepreneuriat et de l’innovation, mais plus généralement du management. Sans qu’il y ait de réponse facile, on peut néanmoins évoquer un concept important, et pourtant peu connu, celui de la quasi-décomposabilité. Regardons en quoi il consiste et pourquoi il est important.

Lire la suite

Publicités

Agir en incertitude: Le renversement de Machiavel

Comment agir en incertitude est une question aussi ancienne que l’action elle-même. Dans le modèle « classique », la décision est un processus qui se déroule comme suit: d’abord on analyse la situation et on se fixe un objectif, ensuite on détermine les options possibles et on en choisit une, celle qui est optimale, puis on passe à l’action pour mettre en œuvre un plan permettant d’atteindre cet objectif. Ce modèle semble tellement évident qu’il est rarement mis en question. Il correspond à une conception dite « prudentielle » de l’action: il s’agit, lorsqu’on agit, d’éviter d’échouer. Et pour cela, il s’agit d’analyser le plus possible avant d’agir. Or cette conception est très restrictive, voire contre-productive, en situation d’incertitude. C’est qu’a observé Machiavel qui propose une approche radicalement opposée.

Lire la suite

Quand l’incertitude de Montaigne devint inacceptable: Le moment Descartes

L’incertitude, c’est à dire l’indétermination de l’avenir, est presqu’universellement vécue comme un problème majeur aussi bien chez les philosophes que chez les hommes d’affaires et les politiques qui souhaitent, selon le mot fameux de Descartes, se « rendre comme maîtres et possesseurs de la nature. » Or il n’en a pas toujours été ainsi. L’humanisme de la Renaissance, aux XVe et XVIe siècles, avait une attitude très différente, accueillant la complexité, la diversité et le chaos du monde avec intérêt. Tout change au XVIIe siècle, quand l’humanisme fait place au rationalisme. Pourquoi? La réponse à cette question est fournie par l’œuvre du philosophe Stephen Toulmin. Exploration.

Lire la suite

Candy Crush et prix du litre de lait: Halte au sophisme économique

La crise de l’agriculture française est l’une de ces occasions de psychodrames nationaux dont notre pays a le secret. Mais son vrai secret, à notre pays, c’est le sophisme économique. Ainsi donc pouvait-on lire une agricultrice se plaindre en disant: « Le consommateur n’a plus la réalité du coût des choses. Il va acheter des vies de Candy Crush (un jeu sur téléphone mobile, ndlr) à 99 centimes et ne va pas mettre 40 centimes dans un litre de lait ». Démontons le sophisme économique…

Lire la suite

Ce n’est pas d’argent dont les entrepreneurs ont besoin pour démarrer

Chaque fois que je présente l’effectuation, la logique des entrepreneurs, la première question que l’on me pose est « Mais si l’idée émerge au bout d’un certain temps et qu’elle n’a pas besoin d’être claire au début, comment faites-vous pour convaincre votre banquier de vous financer? » Cette question m’intrigue toujours, en partie parce que je ne vois pas souvent des entrepreneurs financés par leur banque; on a donc l’impression qu’on se pose un faux problème: il faudrait se conformer aux attentes de gens qui, de toute façon, ne vous apporteront rien?  Mais au-delà, l’effectuation suggère une réalité moins évidente, mais assez profonde: Ce n’est pas d’argent dont les entrepreneurs ont besoin pour démarrer.

Lire la suite

Mais qu’est-ce qu’une innovation de rupture? A propos d’Uber…

Une question agite depuis quelques jours le Landernau de l’innovation de rupture: Uber est-il une innovation de rupture? Au vu de son impact et des réactions que son développement suscite de par le monde, on pourrait penser que la réponse est de toute évidence oui, mais ce n’est pas aussi simple. La polémique est parti d’un article du saint-père de l’innovation de rupture, Clayton Christensen lui-même, dans un récent article de la Harvard Business Review dans lequel il explique qu’une innovation de rupture part forcément d’une offre simplifiée qui déstabilise les acteurs en place en offrant juste ce dont les gens ont besoin. A cette aune, Uber ne serait donc pas une rupture.

Lire la suite

Power to the user: comment l’innovation remet la technologie dans les mains des utilisateurs

Une des caractéristiques de l’innovation est de simplifier et de rendre plus accessible des technologies qui autrefois nécessitaient des experts pour les manipuler. J’ai évoqué dans un article précédent le cas des tests de grossesse qui illustrent bien ce phénomène: alors que dans les années 60 il fallait faire appel à un médecin pour effectuer un tel test, celui-ci est désormais disponible dans n’importe quelle pharmacie pour 5 euros. L’évolution pour une technologie donnée se traduit donc par deux facteurs: un abaissement des coûts, et une simplification. Dit autrement, parce que la technologie se simplifie et devient de moins en moins chère, l’utilisateur a de moins en moins besoin d’un expert pour résoudre son problème.

Lire la suite