Quand la technologie est source de rupture: Le cas des tests de grossesse

On associe souvent technologie et rupture. On parle de technologie de rupture à tout bout de champ. C’est oublier que toute nouvelle technologie n’entraîne pas nécessairement une rupture. Inversement, on imagine souvent mal les impacts d’une nouvelle technologie, en particulier économiques et sociétaux. Regardons cette question à partir d’un exemple simple, celui des tests de grossesse.

Savoir si une femme est enceinte est depuis longtemps une question importante pour l’humanité et de nombreuses techniques ont été développées pour y répondre. La technique des anciens Egyptiens était d’arroser un sac de blé et d’orge avec l’urine de la femme. La germination indiquait une grossesse. Dans les années 30, une meilleure connaissance des mécanismes hormonaux permet de développer un test plus précis. Il consiste désormais à injecter l’urine en sous-cutané à une souris femelle. Celle-ci est ensuite tuée et disséquée. Une ovulation indique la présence de l’hormone hCG ce qui signifie une grossesse. On progresse, mais ce n’est pas idéal…

Une amélioration est ensuite réalisée avec le test de Hogben qui s’applique lui sur… une grenouille, qu’il n’est en revanche pas nécessaire de tuer, progrès notable. On injecte du sérum ou de l’urine de la femme à une grenouille femelle. Si celle-ci produit des œufs dans les 24 heures qui suivent, le test est positif.

A partir des années 60, les progrès techniques permettent de ne plus utiliser d’animal et de passer aux tests in-vitro à partir d’un prélèvement. Celui-ci est fait par un médecin, et est envoyé à un laboratoire médical, autre innovation de cette période, qui effectue le test avec des machines spécialisées.

En 1978 est introduit le premier test individuel. Plus besoin ni de médecin, ni de laboratoire, les deux acteurs disparaissent, et le test est acheté en pharmacie, nouvel acteur qui apparaît. Aujourd’hui, ces tests sont achetés sur Internet, plus même besoin de pharmacien.

On peut tirer plusieurs leçons de cet exemple: La première c’est une définition de ce qu’est la technologie: La technologie, c’est une connaissance accumulée sous forme utilisable.

La deuxième, c’est que la technologie encapsule cette connaissance dans des objets tangibles (test de grossesse, ordinateur, boussole) et intangibles (recettes de cuisine, algorithmes) qui permettent à ceux qui ne maîtrisent pas cette technologie de l’utiliser. La technologie est donc une forme accumulée de la connaissance des uns, utilisable par d’autres. Le test individuel encapsule, en quelque sorte, cinq cent ans de développement des connaissances sur la question en une forme utilisable par quelqu’un qui ne dispose probablement d’aucune d’entre-elles. C’est donc un objet intermédiaire.

La troisième est que la plupart du temps ces objets encapsulent non pas une mais plusieurs technologies, parfois des centaines, imbriquées les unes dans les autres. Dans le cas d’un téléphone mobile aujourd’hui, les technologies sont tellement nombreuses qu’on ne peut les compter. L’objet encapsulant est donc également un agrégateur et un intégrateur de ces technologies qui sans lui ne seraient pas utilisables ensembles.

La quatrième est que, en mettant une somme de connaissances créées par certains (appelons-les les experts) à disposition de ceux qui ne la possèdent pas (appelons-les les non-experts), sous une forme utilisable par ces derniers, elle permet à cette connaissance d’être utilisée sans les experts. Cela paraît évident, mais cette évidence est rarement admise dans ses conséquences pratiques: C’est en effet là que se situe l’élément vraiment disruptif. Les experts créent un objet qui permet de se passer d’eux. Cela permet le passage à l’échelle: avant le test individuel, la présence du médecin est nécessaire (on apporte le ‘problème’ à la solution), ce qui représente un point de blocage. Avec le test individuel, des millions de tests peuvent être faits sans intervention de l’expert (on apporte la solution au ‘problème’): une condition qui nécessitait une expertise humaine très importante et très chère, un médecin, un technicien de laboratoire et toute une batterie de technologies, est désormais traitée par un petit objet coûtant trois euros que la patiente peut utiliser seule.

Les conséquences sociales sont donc réelles: pour un domaine donné, l’expert est de moins en moins nécessaire au fur et à mesure que l’on franchit les étapes de ce processus. En médecine, ce qui nécessitait l’intervention d’un spécialiste est peu à peu pris en charge par un médecin généraliste, puis par une infirmière, puis par l’individu lui-même. On a donc une démocratisation progressive du domaine. Pour monter un film, il fallait un expert, aujourd’hui on fait cela sur Youtube, gratuitement. Du coup, on peut avoir des milliards de vidéos.

Cette « démocratisation » du domaine fait naturellement l’objet d’une résistance, parfois féroce, de ceux qui maîtrisent chaque étape. Les médecins s’opposent ainsi férocement à l’auto-médication. Les monteurs vidéo se moquent du travail d’amateur des vidéos Youtube. L’argument le plus souvent invoqué est celui de la sécurité et de la qualité. « Sans nous, attention à la perte de qualité. » Dans le domaine de la médecine, comme il s’agit de vie ou de mort, l’argument porte souvent.

L’argument de la qualité, cependant, ne tient généralement pas: l’expérience montre qu’un tel développement augmente la qualité. Ainsi, Shouldice, une clinique canadienne qui ne traite que des hernies, et rien d’autre, a-t-elle un taux d’échec post-opératoire très largement inférieur à celui des hôpitaux. Dans la plupart des cas, la qualité est « suffisante » pour la plupart des utilisations et réserve ainsi le recours à l’expert aux situations particulières. L’appel à l’expert est supprimé, ou raréfié (dans le cas du test, on peut faire confirmer par un médecin, dont le test sera marginalement plus fiable, mais c’est rare).

Il faut noter, pour terminer, que le numérique est particulièrement disruptif en ce qu’il permet un partage accéléré de la connaissance, et donc une démocratisation accélérée.

La source pour cet article est l’article de Wikipedia sur les tests de grossesse. Pour une illustration de l’évolution de la connaissance sur un domaine du stade intuitif au stade empirique puis au stade de précision, voir « Réformer le secteur de la santé, l’apport indispensable des théories de l’innovation ». Sur l’importance des outils comme facteur de rupture, voir « Innovation: la démocratisation des outils est le vrai facteur de rupture. »

Publicités

3 réponses à “Quand la technologie est source de rupture: Le cas des tests de grossesse

  1. Pingback: Power to the user: comment l’innovation remet la technologie dans les mains des utilisateurs | Le blog de Philippe Silberzahn

  2. Sans oublié, dans le cas de la France, que le test individuel dans la sphère privée a définitivement aboli tout risque de retour de l’époque où la police était avertie du résultat du test avant la femme, dans le cadre de la répression des avortements.

    Et on tuait quant même la grenouille car elle ne pouvait servir qu’une fois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s